Il avait accompli son travail d’une manière parfaite et, s’il n’avait pas dit, comme le serviteur hébreu qui lui servait de type (Exode 21:5): «J’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre», il aurait pu monter au ciel sans passer par la mort; car le péché, dont la mort est le salaire, ne s’était pas trouvé en lui. Si nous ne nous défions pas de nous-mêmes, Dieu peut permettre, comme pour Pierre, que nous tombions, afin d’apprendre, par expérience, ce que sa Parole nous dit quant à nos propres capacités. À l’ouïe de ce beau témoignage, Caïphe déchira ses vêtements, et s’adressant au conseil, dit: «Il a blasphémé; qu’avons-nous encore besoin de témoins? La pâque n’avait plus sa raison d’être. Le dernier assassin qui termina sa vie sur l’échafaud dans notre pays trouvait son plaisir, dans son enfance, à faire souffrir les animaux; il ne lutta pas contre cet endurcissement à la vue de la souffrance et fut conduit au crime. La raison se trouvedans le f… Mais Jésus garda le silence». Si l’on nourrit des convoitises mauvaises, le mal se fortifie dans le cœur, quoique, pendant un temps, on puisse les maîtriser; mais le moment arrive où, dominé par le péché, on devient «esclave de celui par qui on est vaincu» (2 Pierre 2:19), et apte à être le jouet de Satan qui prend alors entière possession de celui qu’il a fasciné par les charmes de la convoitise. Matthieu 26:36-46 Alors Jésus s'en alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémané; et il dit à ses disciples: Asseyez-vous ici pendant que je m'en irai là pour prier. Pour les chefs, Jésus ne valait pas plus: c’est là «ce prix magnifique auquel j’ai été estimé par eux», est-il dit en Zacharie 11:12, 13. Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer: Je ne connais pas cet homme! Sur-le-champ, ils lui comptèrent trente pièces d’argent, le prix d’un esclave (Exode 21:32). Qu'il veuille au contraire pénétrer nos âmes, en y pensant, de reconnaissance et d'adoration. Please enter your email address associated with your Salem All-Pass account, then click Continue. Mais selon la grâce infinie de Dieu, Christ ayant satisfait la justice divine, a établi, par sa mort, la base sur laquelle Dieu peut sauver le pécheur et donner à Israël les bénédictions impossibles à obtenir sous l’ancienne alliance. Dans sa divine bonté, il dit à Pierre: «Ainsi, vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi?» parole qui aurait dû toucher son cœur et le rendre vigilant. Un jour tout sera manifesté et nous verrons les conséquences éternelles de notre conduite ici-bas. Bibelstudium: Matthäus 26,36-46. — Quel contraste entre la scène où la gloire de Jésus brille au milieu des nuages de l’ombre de la mort, où ses perfections triomphent dans l’obéissance, et celle que ces versets nous présentent, où nous voyons Judas, l’homme sous le pouvoir de Satan, accomplissant le plus infâme des forfaits pour trente pièces d’argent! Et étant sorti dehors, il pleura amèrement».Pauvre Pierre! Et comme ils mangeaient, il dit: En vérité, je vous dis que l’un d’entre vous me livrera». C’est dans ces moments où Jésus était accablé par cette tristesse mortelle, que se passait ce qui est dit en Hébreux 5:7: «Qui, durant les jours de sa chair, ayant offert, avec de grands cris et avec larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort». Derrière ce cortège, Pierre suivait de loin; il voulait tenir sa parole, suivre Jésus jusqu’à la mort, tandis qu’il aurait dû s’écarter et prier afin de ne pas entrer en tentation. Mais lui, le bon Berger qui met sa vie pour ses brebis, pense à elles et leur donne un centre de ralliement à retrouver une fois la mort traversée et vaincue, lorsqu’il serait ressuscité. De plus, je vous dis: dorénavant vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance, et venant sur les nuées du ciel». Nos lecteurs savent que lesÉvangiles sont au nombre de quatre et que tous, ils racontent la vie duSeigneur Jésus ici-bas. Alors quelle tristesse remplit le cœur à la pensée de son amour qui demeure toujours le même et dont nous tenons si peu compte! Le souverain sacrificateur se leva et dit à Jésus: «Ne réponds-tu rien? Dieu veuille que cette leçon, si humiliante et douloureuse pour Pierre, nous soit utile aussi!(v. Le Seigneur dit: «Je n’en boirai plus, jusqu’à ce jour où je le boirai.«Ayant chanté une hymne, ils sortirent et s’en allèrent à la montagne des Oliviers».(v. En effet, Jésus était le Christ, le Fils de Dieu, mais si, comme tel, il était rejeté, un jour viendra où son peuple le verra comme Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire (Chap. Ne sachant lequel invoquer, ils introduisirent quelques faux témoins contre lui, mais ne trouvèrent rien qui puisse le faire condamner. Puis il ajoute: «Veillez et priez, afin que vous n’entriez pas en tentation; l’esprit est prompt, mais la chair est faible». Il a obéi; son amour a été plus fort que la mort, amour que beaucoup d’eaux ne peuvent éteindre (Cantique 8:7), pas même celles de l’angoisse de la mort, car, si c’était arrivé, dans ce moment où notre salut était, pour ainsi dire, en jeu, nous aurions tous été perdus.Maintenant cette mort restait à traverser dans sa terrible réalité pour un être aussi saint et parfait que le Fils de Dieu, le Fils de l’homme. «Le soir étant venu, il se mit à table avec les douze. Il importe de résister aux mauvaises dispositions de nos cœurs naturels, dès qu’elles se manifestent, afin de ne pas devenir le jouet de Satan lorsqu’il trouvera l’occasion favorable pour faire tomber et pour perdre, si possible, celui qui l’aura écouté. En effet, quelle bonne nouvelle que celle quiprésente aux hommes un Sauveur parfait, expression de l’amour de Dieu poureux ! La dernière pâque était accomplie. Puis il revient vers les disciples et les trouve rendormis. Il réalisait ce que l’apôtre Pierre, témoin de ces outrages, a dit de lui: «Lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n’a pas été trouvé de fraude; qui, lorsqu’on l’outrageait, ne rendait pas d’outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement» (1 Pierre 2:22, 23). La foule arrive, et ceux qui s’étaient saisis de Jésus l’amènent à Caïphe, qui présidait le sinistre conseil. Comment donc seraient accomplies les écritures, qui disent qu’il faut qu’il en arrive ainsi?».Les perfections de Jésus brillent avec beauté, au milieu du sombre tableau du cœur de l’homme, en tous ceux qui l’entourent: Judas entièrement dans les mains de Satan; la foule aveuglée, qui s’est laissé armer contre son bienfaiteur; les disciples absolument étrangers à tout ce qui concerne Jésus, et lui est là au milieu d’eux pour accomplir ce que disaient les Écritures, dans tout le calme et la dignité de sa personne. Mais ce sang n’avait pas été versé seulement pour Israël. Une autre servante vint et, s’adressant à ceux qui étaient présents, leur dit en désignant Pierre: «Celui-ci aussi était avec Jésus le Nazaréen. 69-75). Alors ceux qui le suivaient se saisirent de Jésus. Car ce parfum aurait pu être vendu pour une forte somme et être donné aux pauvres». Un avec Dieu dans ses conseils et dans son amour, il s’offre maintenant comme victime pour que ces conseils de grâce puissent avoir leur accomplissement. 13:7. La haine des Juifs pour Jésus, qui augmentait à chaque heure, pesait sur le cœur de Marie, et faisait en proportion brûler son amour pour lui. Lorsque nous préférons la faveur du monde, qui ne veut rien de notre Sauveur, à l’opprobre qui se rattache à son nom, nous le renions. «Et comme ils mangeaient, Jésus ayant pris le pain et ayant béni, le rompit et le donna aux disciples, et dit: Prenez, mangez, ceci est mon corps. Matthieu 26:36-40 Louis Segond (LSG). Il se prépare à souffrir et à faire ses derniers et touchants adieux à ses disciples à la table de sa dernière pâque dans ce monde, table où il a institué le simple et précieux mémorial qui rappelle avec un intérêt si profond ses souffrances et son amour. Si Pierre avait écouté les avertissements du Seigneur, effrayé de ce dont il était capable, il aurait cherché le secours en Dieu. Celui qui va se présenter comme le véritable Agneau de pâque, l’Agneau de Dieu, dispose de sa toute science divine et de son autorité de Maître pour faire trouver à ses disciples le lieu où il prendra, avec eux, son dernier repas. C’est ainsi que Satan procède avec tous les criminels; sans crainte de Dieu, sans l’éducation chrétienne et morale dont nos jeunes lecteurs jouissent, ces malheureux ne cherchent pas à réprimer leurs dispositions naturelles au mal et Satan, le meurtrier, les conduit à ces crimes si souvent répétés. Mais tout ceci est arrivé, afin que les écritures des prophètes soient accomplies». Jésus ouvrira la bouche lorsqu’il s’agira de rendre témoignage à la vérité de sa personne; mais il ne se défend pas contre un faux témoignage. Pauvres disciples! La force ne se trouve pas dans les désirs de la nouvelle nature. Mais, indépendamment de leur volonté, il était dans les pensées de Dieu que l’antitype.(v. 17-25). La sentence, décidée depuis longtemps par les Juifs, était prononcée; dès lors, plus d’égards envers ce condamné, et ces hommes, les dignitaires de la nation, donnent libre cours à leur haine et à leur mépris. Read verse in Ostervald (French) Aussi, dans un calme parfait, il revient vers ses disciples et leur dit: «Dormez dorénavant et reposez-vous; voici, l’heure s’est approchée, et le fils de l’homme est livré entre les mains des pécheurs. Les croyants se souviennent donc d’un Christ mort jusqu’à ce qu’il revienne.Que de souvenirs le pain et le vin évoquent chez ceux qui ont le privilège d’y participer! Et les disciples firent comme Jésus leur avait ordonné, et ils apprêtèrent la pâque». Le Seigneur avait fini ses discours. Pénétré du moment qui s’approche, il fait dire au maître du logis: «Mon temps est proche». Au lieu de se laisser accabler par le poids de tout ce qui l’attendait, Jésus met à profit le temps pendant lequel il marche vers Gethsémané, pour avertir les disciples de ce qui se passerait.La prophétie de Zacharie allait s’accomplir: «Je frapperai le berger, et les brebis... seront dispersées» (Zacharie 13:7). Il s’agissait seulement de trouver pour cela un motif pour couvrir leur haine. Gebetskampf in Gethsemane. Mais le peuple, par sa désobéissance, manqua à sa parole: «Ils ont transgressé mon alliance et ont été rebelles à ma loi» (Osée 8:1), et toutes les bénédictions découlant de leur fidélité ont disparu. Après avoir prié, Jésus revient vers ses disciples et les trouve endormis. Au lieu d’un acte parlant d’un sacrifice à accomplir dans un temps futur, Jésus laisse aux siens un souvenir de lui-même, mort pour accomplir leur délivrance du jugement éternel. Que de pensées se pressaient dans ce cœur humain capable de tout sonder divinement: la mort, la trahison, le reniement de Pierre, la haine d’un peuple aimé qu’il aurait voulu rassembler et bénir, et tant d’autres choses pénibles; mais quel amour dans ce cœur parfait! Avec une vulgaire bassesse, ils lui crachent au visage, lui donnent des soufflets, d’autres le frappent et disent: «Prophétise-nous, Christ; qui est celui qui t’a frappé?» Jésus demeure calme et silencieux au milieu de cette scène, jugeant de tout, sentant tout et sachant tout. Instituée en souvenir de la délivrance du jugement des premiers-nés en Égypte, elle était le type du sacrifice de l’Agneau de Dieu, «Agneau sans défaut et sans tache, préconnu dès avant la fondation du monde, mais manifesté à la fin des temps pour vous» (1 Pierre 1:19, 20). — Pendant qu’ils étaient à table, Jésus, préoccupé des siens, institua le mémorial de sa mort. Levez-vous, allons; voici, celui qui me livre s’est approché». Il s’agissait, dans ce moment suprême, d’accepter la coupe de la colère divine que nous avions méritée, la mort, jugement de Dieu. Après lui avoir mis au cœur de faire la chose (Jean 13:2), il entra en lui afin qu’il l’accomplisse. Le Seigneur soutenait à lui seul la lutte dans laquelle Satan ne ménageait rien pour le faire reculer devant l’œuvre par laquelle lui, la «Semence de la femme», devait lui briser la tête. Pierre lui dit: Quand même il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai point. Il aimait sincèrement Jésus; mais trop confiant en lui-même, il n’avait pas pris garde aux avertissements du Seigneur (v. 31, 34, 40, 41). Au contraire, il entra dans la cour du souverain sacrificateur, d’où il pouvait voir ce qui se passait devant Caïphe. «Ceux qui m’honorent, je les honorerai», avait dit l’Éternel (1 Samuel 2:30).Aujourd’hui encore, nous avons l’occasion de témoigner au Seigneur que nous l’aimons; car nous vivons dans un monde où grandissent chaque jour la haine et le mépris pour lui. C’est ce qui eut lieu pour Judas: «Et Satan entra dans Judas, surnommé Iscariote» (Luc 22:3). 36-46). Cette fois, il ne leur dit rien; il n’attend plus rien d’eux. Pensons au Seigneur et non à nous-mêmes, à son amour pour nous et à la gloire dans laquelle il apparaîtra avec tous ses saints, afin d’être gardés fidèles et éviter l’amertume de l’avoir déshonoré. Si Dieu peut dire de telles choses à l’égard de son peuple terrestre, c’est en vertu de la mort de son Fils, dont le sang a pleinement satisfait la justice. Il va se livrer, pour être crucifié, entre les mains d’hommes sans cœur et sans conscience, comme un agneau que l’on mène à la boucherie sans qu’il ouvre la bouche (Ésaïe 53:7).Jésus annonce à ses disciples, avec un calme digne de lui, ce qui va avoir lieu, car, victime volontaire, il avait la divine connaissance de toutes choses.(v. Indignés, ils disent: «À quoi bon cette perte? Commentaires bibliques. Sachons, comme Moïse, estimer «l’opprobre du Christ un plus grand trésor que les richesses de l’Égypte; car il regardait à la rémunération» (Héb. Read verse in Ostervald (French) Simple ; Intermédiaire; Avancé; Cours bibliques; Lectures chrétiennes. Commentaire simple; Matthieu; Matthieu 26:31-46; Matthieu 26:31-46. Commentaire avancé; Matthieu; Chapitre 26; Chapitre 26 . «Dès lors, il cherchait une bonne occasion pour le livrer». Il ne leur demande pas de veiller avec lui, mais de veiller pour leur propre compte, afin que, conscients de leur faiblesse, ils ne s’exposent pas à une épreuve qu’ils ne pourront supporter. Penses-tu que je ne puisse pas maintenant prier mon Père, et il me fournira plus de douze légions d’anges? Mais si douloureuse était l’étreinte des ombres d’une mort telle que celle qui l’attendait qu’il laissa ses trois compagnons et s’en alla plus avant pour présenter à son Père la prière à laquelle nul ne pouvait se joindre, car qui pouvait comprendre les affres d’un tel moment? Et ayant pris avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à être triste et angoissé. Précautions bien inutiles que ces armes, pour prendre celui qui s’offrait lui-même à Dieu, comme «un agneau conduit à la boucherie». Dans bien des occasions, n’avons-nous pas préféré n’être pas connus comme disciples de Christ? Et un peu après, ceux qui se trouvaient là s’approchèrent et dirent à Pierre: Certainement, toi, tu es aussi de ces gens-là; car aussi ton langage te fait reconnaître. 31-35). Il tomba sur sa face en disant: «Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi; toutefois, non pas comme moi je veux, mais comme toi tu veux». 47 Et comme il parlait encore, voici, Judas, l'un des Douze, arriva, et avec lui une grande foule avec des épées et des bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple. 6-13). 32 Mais après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée. Ce cher Sauveur, dans sa parfaite humanité, était accablé par la pensée de la mort qui s’avançait dans toute son horreur et projetait, sur son âme pure et sainte, son ombre terrifiante. Jean 2:19-22 démontre la fausseté de cette assertion. Avec toute sa dignité, Jésus lui dit: «Ami, pourquoi es-tu venu?» nouvelle parole propre à sonder Judas. Le Fils de l’homme était livré entre les mains des pécheurs.(v. Le mépris qui atteignait le Seigneur, et qui allait arriver à son comble, l’engageait d’autant plus à lui manifester l’honneur qu’elle lui portait; aussi, comme Matthieu l’indique, c’est sur sa tête que le parfum a été répandu. Le corps, représenté par le pain rompu, et le sang, représenté par le vin, figurent la mort, car le sang séparé du corps, c’est la mort. — Les sacrificateurs et les anciens du peuple, réunis chez Caïphe, le souverain sacrificateur, tinrent conseil pour se saisir de Jésus par ruse, pour le faire mourir, non pas pourtant pendant la fête, car ils craignaient les foules que la fête de Pâques attirait à Jérusalem. Si Jésus avait tant de prix pour Marie, Judas ne voyait en lui qu’un moyen de se procurer de l’argent, chose terrible à constater, qui nous montre où l’on peut arriver en tolérant chez soi de mauvais penchants, au lieu de les juger afin d’en être délivré.

Bus 96 Paris, Coffret Expérience C'est Pas Sorcier, Liste Des Mots Féminin Et Masculin Pdf, Attire Le Sang, Aide Individuelle à La Formation, Achat Cigarette Menthol En Ligne, Antonyme De Grand, Coffret Expérience C'est Pas Sorcier,